Quoi don qu’y iait ?

23 décembre : J’ai rencontré Arthur l’autre soir, bien après l’extinction de toutes les lumières, en haut de ma rue. Il avait l’air fébrile ! Je le sentais inquiet. D’habitude, dans le village, dès 22h30, la nuit noire et le silence se font autour de nous. Mais, en ce moment, ce n’est pas comme d’habitude. Je ne mets pas de traduction pour ne pas trahir la haute tenue de notre conversation. Au mieux, utilisez le lexique !

Arthur : Bin l’bonjou’ le R’nèye, quoi don qu’y iait à c’t’heûre da’ l’payis ?

R’nèye : Ma pauv’e ! Tu n’pourrais mi imaginèye . C’est la Noëye et les gea’s n’a pouvont pus ! Y bougeont da’ tous les sens et n’a’ n’avons jamais assèye !

Arthur : La Noëye, c’est juste la fête dou P’tit Jésus qu’ait v’nu da’ la crèche et qu’les bergîs avont adorèye ! N’y iait mi b’soin d’faire ta’ d’bruit et ta’ d’lumiêre. Je n’so pus capab’e ed’ sortî d’ma cim’tière pou’ m’prom’nî a’ paix.

R’nèye : Faut que j’te dis. A c’t’heûre, à Bossévaux coumme à Vrin ou ailleûrs, pou’ la Noëye, des gea’s allumont des guirla’des sur les maijons et dans les buissons et pi co da’ les maijons. Y z’ach’tont des qua’tités d’ma’geaille et d’bouteilles pour s’faire des réveillons à s’a’ faire péter la sous va’trière ! Sous les sapins, les a’fa’s avont trobin d’cadeaux qu’ait apportî l’Pêre Noël. Les gea’s dépensont trobin d’sous « pou’ faire la fête », qu’y dijont !

Arthur : J’so trop viûx pour comprenre ! Da’ l’ta’, à la Noëye, y avo d’jà la veillèye. Popa fêjo des toupies aveu des brindilles et dou bouchon. Pépé tresso des panîs pou’ mett’e les légumes dou courti. Mémé tricoto des mouff’es ou co des chaussettes ed’laine. Moma’ touillo la pâte pour les gauf’es au coin d’la ch’minèe. Pépé avo apportî iune grosse bûche.

R’nèye : C’éto simp’e coumme veillèye !

Arthur : Bin oui ! Ava’ la minuit, qua’d les cloches commençont à tintèye, les femmes preno les chauff’rettes, les capes et les ga’ts d’laine, les hoummes et les a’fa’s metto iun gros ma’tiau pou’ y allèye à la messe fêtî la naissa’ce ed’Jésus da’ la bergerie. Aveu nos la’ternes, c’éto coumm’ l’arrivèye des bergîs à la crêche. Surtout qu’not’e vieille église éto bin pauv’e !

R’nèye : Et l’église éto plîn-ne ?

Arthur : Oui ! Tous les ba’cs éto pleins ! Et l’curé Willemet nous raconto aco c’te belle histouère dou p’tit Jésus, des bounnes choses qu’les bergîs apporto. Mînme qu’y diso, qu’ça’sséma’t l’Jésus cacho sa divinitèye pa’ d’ssous s’ n’humanitèye.

R’nèye : Es-tu sûr ? Y ait iune cha’son qui diso yauque ed’mînme ! « La Noëye dou S’da’ !

Arthur : C’est tout ! Pi, après la messe, toute la famille ra’tro à la maijon. Et moma’ fêjo des gauf’es et dou cafè da’ la ch’minèye à d’où c’que les hoummes avo mis la grosse bûche pou’ t’ni l’feuye depuis l’début d’la veillèye jusqu’au matin. Qu’ c’éto coumm’ na, la fête ed’Noëye da toutes les maijons.

R’nèye : Allèye, l’Arthur, à la r’voyure ! J’vas m’couchî. Je n’vourrai mi attrapè dou maux ava’t la Noëye.

Arthur : A la r’voyure, le R’nèye ! Bounne fête ed’la Noëye !

Arthur est reparti. Pour sûr, il doit être dérangé par tout ce que l’on fait. Il était niais mais il avait tout de même de l’entendement comme aurait dit Zélie, sa petite soeur.

A la r’voyure ! Et bonne fête de Noël !

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.